L'Organisation Mondiale du Commerce

Selon Wikipedia : «L'Organisation mondiale du commerce (OMC) est une organisation internationale qui s'occupe des règles régissant le commerce international entre les pays[1]. Toutefois, elle sert davantage à profiter aux plus nantis, comme l’indique un rapport français : «Ce rapport se place du point de vue du droit international et affirme tout d'abord la primauté de la déclaration universelle des droits de 

omc-membres.pngl'homme sur toute autre norme, notamment en matière de commerce international. La FIDH rappelle que, si le commerce n'est pas un fait nouveau, il doit se mettre au service des individus et pas seulement des marchés et des profits. Il est nécessaire que les échanges internationaux soient régulés de manière équitable, ce que ne fait pas l'OMC : l'OMC sert les intérêts des puissants groupes et son fonctionnement n'est pas du tout démocratique. La société civile n'y est pas représentée et les négociations qui se déroulent en son sein demeurent secrètes. Le fonctionnement de l'organisme de règlement des différends (ORD) pose aussi un certain nombre de problèmes, notamment pour les pays en développement ou d'un point de vue juridique, au niveau de la charge de la preuve ou du principe de précaution qui ne peut être invoqué. Après une critique du fonctionnement, la FIDH s'attache à décortiquer les accords conclus sous l'égide de l'OMC et qui mettent en danger les droits de l'Homme : droit à la santé, droit à l'alimentation, droit à l'éducation, droit à la culture, les droits du travail et le droit au travail, le droit de disposer des ressources naturelles, le droit au développement durable.»[2] L’OMC regroupe la majorité des pays du globe, dont le Canada et les États-Unis. Leurs mouvements de pensé est inspiré par le néo-libéralisme. Le problème est que les droit de l’homme n’est pas quelque chose que l’on peut privatiser et attribué à seulement une élite de pays, car aucun homme n’est en mesure de dire qu’une catégorie de personnes doivent être privilégié au détriment d’une autre, autrement dit : aucun homme ne peut s’attribué la sagesse universelle et définir qui peut bénéficier de ses droits fondamentaux. Chacun naï égaux et c’est dans cette mentalité qu’il faut dirigé nos actions. De plus, ce n’est surement pas à une organisation marchande de traiter la question des normes du travail, des conditions environnementales, de l’égalité des hommes, etc. «L'objectif de cette institution, inspirée par le néo-libéralisme économique, est de favoriser la circulation sans entrave des biens et des services. Négociés entre grandes puissances au sein de l'OMC (les pays pauvres n'ont concrètement pas voix au chapitre), adoptés sous l'influence des multinationales (et non des petits producteurs), ces accords vont bien plus loin que de simples normes commerciales : 29 accords portent par exemple sur le brevetage du vivant, les questions liées à l'eau, les normes du travail dans le monde.»[3]

 


[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_mondiale_du_commerce

[2] http://www.ritimo.org/dossiers_thematiques/droits_humains/droits_homme/droits_homme_com_intern.html

[3] http://www.ritimo.org/dossiers_thematiques/droits_humains/droits_homme/droits_homme_com_intern.html

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site